Du nom de cette reine de l’Ouest du Burkina Faso, ce label semble convenir pour distinguer les amazones du développement burkinabè. 5 catégories précises sont définies et des 5 trophées seront remis à des femmes qui seront désignées par un jury spécialisé. Des prix spéciaux dont un prix spécial du public pourront également être décernés. Le procédé sera le suivant : un appel sera lancé et se sont les structures de développement (ONG, institutions, groupements, associations, entreprises…) qui pourront nominer des candidates. Des termes de références seront élaborés pour préciser les critères et les points pratiques de l’appel. Par la suite, un jury indépendant se chargera d’étudier les dossiers et de retenir les récipiendaires. Le jury devra aussi identifier (en prenant en compte ou pas les candidatures présentées), une liste de 3 femmes ayant marqué la vie nationale pendant l’année en cours. Cette liste sera soumise au vote du public présent dans la salle et par les téléphonies. La lauréate recevra le prix Guimbi OUATTARA. À cette cérémonie, seront aussi remise des prix d’honneurs. Le second axe de cette cérémonie, ce sera la remise des prix aux meilleures innovations ou entreprises féminines qui ont participé à l’exposition. À noter que l’ensemble des candidates nominées doit participer à l’exposition, qui ne leur est pas toutefois exclusivement dédiée. Dans cette catégorie, seul trois prix seront remis. Enfin, le troisième axe sera l’annonce officielle des jeunes femmes retenues pour bénéficier du mentorat ou du tutorat d’une ainée ou d’une institution. Les équipes seront présentées à cette occasion.